Compte-rendu de la restitution et du débat public sur la mobilité du dimanche 8/12

Une petite quarantaine d’habitants de Lampaul-Plouarzel étaient présents à la séance de restitution de l’enquête mobilité. Quelques habitants d’autres communes de la CCPI se sont également joints aux débats.

La question des déplacements  fait l’objet aujourd’hui  d’une large réflexion qui s’est engagée  à l’échelle nationale. L’urgence écologique et aux difficultés sociales risque d’opérer une profonde mutation de nos pratiques dans nos territoires. L’enjeu est de préparer notre commune à ces profonds bouleversements.

C’est Armelle Jung qui s’est chargée de présenter les résultats de l’enquête, à laquelle 160 personnes ont répondu, permettant ainsi une bonne représentativité.

Une première partie du questionnaire était consacrée à un diagnostic des pratiques sur le territoire, permettant d’identifier les déplacements des habitants de la commune dans la cadre de leurs activités de tous les jours (travail, loisirs, courses, santé, scolaire, etc…)

Une seconde partie de l’enquête était consacrée aux pratiques que les Lampaulais seraient prêts à mettre en oeuvre dans le cadre d’une évolution de la mobilité, et notamment en terme de co-voiturage organisé ou non, de co-voiturage solidaire, d’auto-partage, d’auto-stop organisé ou non, de transports doux (bicyclettes), de voies vertes, etc…

A la suite de la restitution, les participants se sont rassemblés pour des tables rondes sur ces différents sujets, et ont abouti à quelques propositions, dont certaines sont reprises ci-après.

Transport solidaire:

Qu’est-ce que c’est ?

Une sorte de covoiturage solidaire dans un rayon de 0 à 30km, quand on ne possède pas de voiture ou quand on est en incapacité de conduire, de manière provisoire (ex : bras cassé) ou durable (pas de permis, grand âge). Accompagner une personne avec son véhicule pour faire des course, pour un rendez-vous chez le coiffeur, chez le dentiste, etc. Bien sûr sans concurrencer les déplacements pris en charge par la Sécurité Sociale.

L’idée qui a émergé :

Créer un réseau de bénévoles (environ 30 personnes) qui pourraient être inscrites sur une plateforme internet gérée par le collectif citoyen ? par le CCAS ? avec la possibilité d’accéder à l’échange soit par internet soit par téléphone. Cette plateforme pourrait remplir 2 fonctions, la 1ère rendre service occasionnellement, la 2ème, être une sorte de « blablacar » local et gratuit.

Des projets de transport solidaire sont expérimenté dans d’autre communes de la CCPI, prendre contact pour bénéficier de leur expérience est une piste.

Un article à paraître dans le BIM pour faire un appel à bénévoles.

Projet à confronter avec l’évolution du site Ouest-Go dont il a été également question pendant les débats.

Auto-stop organisé : 

Une table s’est réunie autour de ce sujet.

L’auto-stop constitue une complémentarité intéressante au co-voiturage dans la mesure où il ne faut pas planifier son déplacement à l’avance, et où ce déplacement est pertinent pour des besoins ponctuels et spontanés.

Les freins sont cependant assez forts (problématique de multiples points d’arrêt sécurisé, de sécurité et de confiance tant du conducteur que de la personne qui fait du stop, identification des participants, etc…)

Vélo et voies vertes
Il a été proposé que des points de stationnements (arrêts) soient installés et identifiés au départ de la commune et des communes environnantes (dans un cadre plus élargi: CCPI)

Projet:

Proposer à nos élus d’adhérer à une plate-forme de type Rezo Pouce (https://www.rezopouce.fr), qui permettrait l’établissement d’un réseau d’auto-stop organisé sur le territoire, avec des arrêts sécurisés et identifiés, l’identification des utilisateurs du réseau avec une carte, des conducteurs avec des auto-collants à apposer sur les véhicules, la fourniture d’une application smartphone gratuite permettant de gérer les déplacements facilement. 

Vélo et voies vertes

  • Il est important que l’aménagement de voies vertes soient inscrites dans le prochain projet municipal.
  • Privilégier l’entretien des chemins existants plutôt que de créer de nouvelles voies bitumées.
  • Réfléchir à la limitation de la vitesse, notamment de la sortie du bourg au carrefour de Brélès : proposition de peinture au sol, limitation à 30km/h.
  • Répertorier tous les itinéraires bis pour les trajets loisirs et quotidien dans le village et au départ du village.

Projet à venir : 

Une journée à vélo pour se faire découvrir, les uns les autres, les chemins du village et alentours.

Beaucoup d’autres projets et initiatives ont été évoqués. 

Le collectif va continuer de travailler sur ces différents sujets.




Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31 décembre 2019

    […] Compte-rendu de la restitution et du débat public sur la mobilité du dimanche 8/12 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *